Panelatonic ne contient pas de maltodextrine

Les maltodextrines ont été conseillées aux sportifs, comme un sucre lent, pendant de nombreuses années. Ce concept de sucre lent reposait sur l’idée qu’un enchaînement long de molécules serait plus difficilement fractionné en glucose, qui est la molécule permettant de libérer l’énergie. Les molécules à chaîne courte comme le saccharose étaient considérées comme des sucres rapides.

Cette notion de sucre lent/rapide est aujourd’hui jugée inexacte par la médecine : les maltodextrines ne diffusent pas l’énergie plus lentement que les autres glucides.
Les marques ont cependant continué d’ajouter des maltodextrines à leurs recettes de boissons sportives mais ont changé leur discours, affirmant que ces boissons devaient comporter une importante concentration de glucides qui ne peut être obtenue que par l’addition de maltodextrines. Cette affirmation est juste, mais en partie seulement ! les maltodextrines ne sont intéressantes que pour des efforts supérieurs à 6 heures, lorsque la quantité de glucides devant être ingérée, pour retarder la déplétion du glycogène est telle, que l’isotonicité de la boisson ne peut être obtenue par des glucides à chaîne courte.

Ces déclarations erronées amènent de nombreux sportifs réalisant des efforts inférieurs à 6 heures à consommer des maltodextrines, alors qu’ils n’en ont aucun besoin. Non dégradées, celles-ci peuvent perturber la flore intestinale et occasionner diverses gènes digestives, tels que ballonnements, crampes abdominales, nausées et parfois vomissements.